Tout savoir sur l’artemisia annua

Teny Malagasy English Version DeutschEspanolItaliano 中国人

L’artemisia annua, encore appelé armoise annuelle ou absinthe chinoise est une plante médicinale utilisée depuis des millénaires en médecine traditionnelle chinoise. Cette plante aux multiples propriétés est utilisée pour lutter contre le paludisme et la malaria. Vous trouverez tout ce dont vous aimeriez savoir sur cette plante dans cet article.

 

Qu’est-ce que l’artemisia annua ?

L’artémisia annua est une espèce de plante dicotylédone. Elle appartient à la famille des Asteraceace. Cette plante existe depuis toujours, car elle prend ses origines dans l’Ancien Monde, c’est-à-dire en Eurasie et en Afrique du Nord. Elle a ensuite été introduite dans les régions tempérées d’Amérique. Il faudra attendre les années 90 pour qu’elle soit introduite en Afrique et en Afrique latine. Cette plante herbacée annuelle est largement utilisée en médecine traditionnelle chinoise pour lutter contre la fièvre. Elle contient aussi d’autres substances actives qui permettent de lutter contre les parasites de type plasmodium, responsable du paludisme, et des cellules cancéreuses.

 

Artemisia annua : un peu d’histoire

En 1967, la guerre du Vietnam battait son plein et les guerriers vietnamiens périssaient davantage des affres de la maladie que des balles de l’ennemie. De son côté, la Chine subissait aussi de plein fouet cette épidémie dans ses provinces du sud. Pour venir en aide à son allié Hô Chi Minh et aussi éviter que sa population ne soit décimée par la maladie, la Chine a mis en place un programme de recherche, le projet 523.

Tu Youyou, la chercheuse qui a eu le prix Nobel de médecine en 2015, a été promue à la tête de ce projet. Elle axait ses travaux sur l’artemisia annua. En effet, la chloroquine, le dérivé de la quinine tirée de l’écore de quinquina n’avait quasiment plus d’effet. Elle a ainsi replongé dans la médecine traditionnelle chinoise et c’est là qu’elle a fait la redécouverte de l’armoise annuelle. Elle a aussi constaté que dans les régions où la plante est utilisée, il n’y a quasiment pas de trace de malaria. Elle continue ses recherches pour extraire les substances actives de la plante et en faire un remède efficace. En même temps la Chine a envoyé des stocks d’armoises annuelles aux soldats d’Hô Chi Minh qui ont ainsi pu lutter contre la malaria et tenir tête aux troupes américaines.

 

Quelles sont les vertus de l’artemisia annua ?

Comme il est dit plus haut l’artemisia annua ou armoise naturelle présente de multiples vertus. Elle est notamment utilisée pour guérir les fièvres intermittentes depuis la nuit des temps. Depuis la découverte de Tu Youyou, l’artémisinine, extraite de l’artemisia annua entre dans l’élaboration des médicaments contre la malaria. Cette plante est aussi un antipaludique très efficace. Parmi les quelque 400 composants de cette plante, une vingtaine ont des propriétés antipaludiques. C’est cette richesse qui la rend très efficace pour traiter le paludisme et la malaria.

Ses propriétés antipaludiques ne sont pas les seules vertus de cette plante. L’artemisia annua possède aussi des propriétés anticancéreuses. Des études in vitro, c’est-à-dire hors de l’organisme ont démontré que l’artémisinine (le principe actif extrait de l’artemisia annua) peut détruire des cellules cancéreuses à l’origine de la leucémie, du cancer du sein ou encore du cancer de la prostate et du côlon. Des études effectuées sur les chiens ont aussi démontré que cette plante permettrait de soigner le cancer de l’os et des ganglions lymphatiques.

 

Artemisia annua : quel apport sur la Covid-19 ?

L’artémisia annua est utilisé depuis longtemps en médecine traditionnelle pour lutter contre certaines maladies virales et atténuer les symptômes du paludisme, dont les fièvres intermittentes. Il est ainsi tout à fait possible que cette plante puisse apporter sa contribution dans le traitement de la Covid-19. Dans des pays où la médecine traditionnelle est fortement utilisée, comme à Madagascar, beaucoup pensent que prendre une tisane de cette plante pourrait atténuer les symptômes de la Covid-19. L’Institut de Recherche Appliquée du pays a mis en place une décoction à base de cette plante dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Si le chemin est encore loin pour prouver si ce remède est vraiment efficace contre la covid-19, les scientifiques affirment qu’en prendre ne pourrait pas faire de mal et peut dans certains cas contribuer à améliorer le confort des personnes atteintes de la maladie.

 

Comment prendre de l’artemisia annua ?

Dans plusieurs pays du monde, notamment en Asie et en Afrique, l’artemisia annua se prend de multiples manières. Il peut être pris sous forme d’infusion de plante sèche, à raison de 5 g pour un litre d’eau ou sous forme de teinture de plante fraîche. Il est aussi possible de prendre des jus de plante fraîche. La forme la plus courante est pourtant l’infusion de plantes sèches, c’est la plus simple à utiliser et à trouver. Il existe aussi sur le marché des médicaments à base d’artémisinine prescrits pour lutter contre le paludisme et la malaria.

 

Artemisia annua : pourquoi l’OMS est réticente ?

L’OMS (Organisation mondiale de la santé) reconnait les potentialités de l’artemisia annua et l’efficacité des médicaments à base d’artémisinine. Toutefois, elle reste assez réticente quant à l’utilisation à grande échelle de ce remède, surtout sous sa forme non thérapeutique. L’OMS affirme que jusqu’alors, il n’y a pas de recherches spécifiques qui peuvent attester da la concentration exacte d’artémisinine dans les préparations à prendre sous forme de tisane, etc. L’administration d’une dose infrathérapeutique, c’est-à-dire inférieure à la dose nécessaire pour lutter contre la maladie pourrait augmenter la forme de résistance à la maladie. Au final, au lieu d’être immunisées, les personnes qui prennent ces remèdes pourront être résistantes au traitement et seront difficiles à soigner par la suite.

 

Artemisia annua : des ajustements pour une meilleure efficacité

L’artemisia annua peut ainsi être efficace, mais son utilisation ne doit pas se faire à la légère. Pour être sûr que la plante comporte tous les composants permettant de lutter contre les maladies, il faut faire attention à sa culture. L’OMS affirme que comme pour quasiment toutes les plantes médicinales, l’efficacité dépend essentiellement des conditions climatiques, géographiques et environnementales dans lesquelles la plante a évolué. C’est pour cette raison que l’artemisia annua planté dans certains endroits peut contenir plus d’artemisinine que ceux plantés dans d’autres endroits.